12. FÉODALITÉ ET SEIGNEURS

 

 

 

                                                             Joué Du Bois était un plein fief de Haudebert relevant de la Baronnerie D'Annebecq.
                                                            Les premiers portaient peut être le nom de la commune .
                                                             Le plus ancien que l'on connaisse avec certitude est Guillaume  De Beaurepaire, qui rendit  aveu en 1381.
                                                            Ses descendants conservèrent Joué Du Bois jusqu'en 1516 date de la mort de François De Beaurepaire,
                                                            fils d'Amboise il laissa ses trois sœurs se partager l'héritage. De Marguerite morte trop tôt ses enfants héritèrent.
                                                            A la femme de Falmond De Col lui revint  le manoir du bourg et ce qui l'avoisinait. 
                                                            Jeanne où Isabeau mariée plus tard à  Jean De Loré hérita de la Heurteventière.      

                                                            A Suzanne, épouse de Jean Le Verrier, revint la Maladrerie appelée depuis: La Chaux.                 

                                                            Jean qui devint en 1527 seigneur de Champsecret hérita de son frère Du Champ De La Pierre 
                                                            puis acheta à Michel De Montreuil, La Chaux.
                                                            Aux gendres de Edmond De Colbard revinrent le Manoir et les terres du bourg.      
La Noblesse .

                                                        Ce qu'elle eut à souffrir de la révolution au pays de Joué Du Bois.

                                                       Joué Du Bois comptait deux domaines, la terre de Joué Du Bois était devenue propriété d'un meunier enrichi.

                                                       Il l'avait achetée aux héritiers de Madeleine Langlois, dame D'Amanville, morte a la Polerie en 1783.

                                                       Depuis 1777, celle du Bel appartenait à Jacques Constantin Du Bois Tesselin Du Bel qui était en même temps

                                                       haut justicier.

                                                      Le logis de Joué Du Bois habité par un roturier devait être épargné. Au Bel et au Champ-De-La-Pierre, les choses

                                                      se passèrent autrement. Les papiers que l'on put saisir furent brûlés dans la cour d'honneur au milieu des cris de

                                                      joie et des danses d'une bande qui s'était donné du courage en buvant librement le cidre et le vin des seigneurs

                                                     terrifiés. Une partie des meubles fut endommagée, une autre disparut , on couvrit les maîtres de sottises et de

                                                     reproches. Tous furent menacés des plus mauvais traitements. Le gouvernement fermait les yeux sur cette agression.

* Mr Du Bel à la coalition de Caen.*

                                                        Après la prise de La Bastille, Jacques Constantin Du Bois Tesselin Du Bel, en Joué Du Bois, s'y rendit avec ses voisins,

                                            Jean-Baptiste De Bamont et Jacques René De Bamont De Mons, seigneurs et patrons et temporels en partie de Joué Du Bois.

                                            Jacques Constantin, né à L'Illiére, à Joué Du Bois, le 7 juin 1741, embrassa la carrière des armes.

                                            Mousquetaire du roi, 2 éme compagnie, de 1764 jusqu'a la réforme de cette arme, officier aux dragons de Conti, en décembre

                                            1775, officier au régiment d'infanterie de Lyonnais, honoré de l'emploi de cadet gentilhomme, ce qui lui permettait de rester

                                            toujours en activité, il quitta l'armée au commencement de la révolution, ayant 28 ans de services. Il ne reçut la croix de

                                            Saint-Louis et son brevet, signé "De Graves", qu'en mars 1792.

 

Au château du bel après la coalition de Caen.

 

                                                Au soir de l'un des premiers jours de janvier 1792, devant le feu qui pétillait dans la grande cheminée de la cuisine, la famille

                                         Du Bois Tesselin Du Bel était réunis. Le froid excessif de la saison, de dénuement des salles du rez-de-chaussée,

                                        dont la  révolution avait interrompu l'ameublement, et surtout le besoin de communiquer avec  sécurité des secrets  importants

                                        avait  fait préférer ce lieu Jacques Constantin Du Bois venait de raconter pour la dixième fois, les humiliations et  les souffrances

                                        de la captivité de Caen.

                                        Après une pause de quelques instants, le vieux guerrier, faisant un effort sur lui même, annonça à sa femme et à ses enfants

                                        son  intention d'aller à Paris rejoindre l'armée des Princes.

                                        Cette communication inattendue fit sur Madame et ses filles aînées l'effet d'un coup de foudre.

                                        Mr Du Bel n'obtint pour réponse que des larmes et des sanglots.

                                        Mme Du Bois, Jeanne Henriette de Commargon, n'avait dans la contée, ni connaissance, ni appui.

                                        Isolée de sa famille qui habitait  Ceton, elle ne pouvait supposer la triste situation dans laquelle elle allait tomber.

                                        Née en 1760, elle s'était mariée contre le gré de ses parents en 1777, ( sa tombe et celle de sa fille est toujours

                                        présente au cimetière de Joué du Bois en 2010).        

                                        L'année où les deux frères avaient acquis   les terres et la seigneurie du Bel.

                                        " Que deviendrai-je, ô mon dieu, répétait le jeune femme, au milieu de ses larmes, comment nourrir, comment faire instruire,

                                        comment seule protéger ma famille ?"  "Vous ne m'en voudrez pas, reprit alors gravement Mr Du Bel, en pressant

                                        sa femme sur sa poitrine, vous savez combien je vous  aime, mais il faut accomplir mon devoir.                 

                                        Ma qualité d'officier ne me permet pas de rester inactif, la manière dont on traite le roi depuis Varennes (juin 1791), 

                                        m'impose la stricte obligation de me dévouer à sa cause, la plupart des gentilshommes de la contrée sont déjà ralliés,

                                        et les Princes font un appel de plus en plus fort. Je ne puis dons rester d'avantage".          

                                        François Côme Damien Du Bois Tesselin sieur de La Brière et du Bel en partie, frère de Jacques Constantin, était né

                                        à L'Illiére, commune de Joué Du Bois, le 6 septembre 1743, de Jacques Du Bois et de Marguerite Le Maire.             

                                        La mort lui enleva son père en 1761, il n'en continua pas moins ses études de droit, et le 11 avril 1769, le doyen

                                        et trois professeurs de l'université de Caen lui  délivrèrent, sur magnifique parchemin, son diplôme latin,  timbré

                                        et dûment paraphé.

                                        De retour au foyer paternel, il conquit bientôt un rang distingué parmi les nombreux avocats de la contrée.

                                        A la mort de Fr Quéru, arrivé en 1781, François Côme fut mis par son frère Jacques Constantin, à la haute justice

                                        de Joué Du Bois en qualité de Bailli. Il habita Magny Le Désert pendant douze ans et se fit bâtir en 1781un vaste

                                        logis au bourg de Beauvain   et vint s'y fixer   l'année suivante.

                                        En 1792, une vogue irréfléchie entraînait toute la noblesse Française, au-delà des frontières.

                                        Les trois fils de François Côme Du Bois Tesselin; Jacques Victor né 30 août 1770, Joseph Alexandre,   né le 4 mars 1772,

                                        et René plus jeune de 15 mois, voulurent se mêler à la foule des émigrés.

                                        L'exemple de leurs trois oncles ( Jacques Constantin Du Bois , Jacques René, et Fr Marin Lefebvre, de leur  cousin,

                                        le petit Cruchet, et toute le noblesse du pays, était pour eux un stimulant irrésistible.     

                                        Le vieil avocat donna son consentement poussé par la forte affection dont in entourait les siens, par les instances  de sa

                                        femme, qui ne voulait pas rester seule à Beauvain,  par l'engouement général et par le désir d'être utile, il pris lui même la route

                                        de l'exil.

                                                Le 27 juillet de la même année, il perdit à Tourcoing son jeune fils René. Après avoir donné les derniers soins à son

                                        frère aîné, Jacques Constantin Du Bois Tesselin Du Bel, qui mourut à Liège le 26 octobre 1793,  il redescendit sur Maëstricht

                                        pour retourner à Liège avec les deux De Bamont et son beau frère Lefebvre le 28 mai 1794. Il s'éteignit de tristesse  et de

                                        misère à Stade en Hanovre, le 2 juin 1795.

                                        Son fils Jacques Victor, dernier sieur de la Besliére ( Joué Du Bois) après avoir été sergent au régiment d'Autichamps, fit

                                        partie de l'expédition de Quiberon et fut fusillé à Auray ( le 11 thermidor an 3 ).      

                                        Leur frère Jacques René, né a Joué Du Bois le 21 novembre 1744, capitaine des grenadiers royaux, époux de Marie Antoinette

                                                Le Maire  fut également fusillé après Quiberon avec son neveu le petit Cruchet  ( Lefebvre).

                                        Joseph Alexandre, le seul survivant, accourut à Stade à la nouvelle de la mort de son père, recueilli sa pauvre mère,

                                        et la conduisit Angleterre où elle est morte au mois d'août en 1813.       

                                        En même temps, obsédée par la crainte des visites domiciliaires, Jeanne Henriette de Commargon se résigna à fuir  son

                                        château et à se réfugier dans ces misérables chambres de L'Illiére  qu'elle avait déjà habitées au commencement de son mariage.

                                        Mme Du Bois comprenant combien elle était à charge et combien de quitter Joué Du Bois elle attirait de désagréments

                                        résolut pour la petite résidence de Montmerrey

 

 

                        

Le Château du Bel.

 

 

             

Le château vu de coté.                                           On aperçois sur la toiture la disparition des

chiens assis a cause des impôts qui étaient aux nombres d'ouvertures.                                                                                                             

                                                      

Toute la famille et le personnel réunis  au bord de la mare. 

                                            

                            

Château du Bel en 1945 vue de face.                              Château du Bel vue de l'arrière avec le jardin.

 

 

Année 1945.

 

                                             

                        Pierres sur l'îlot "fondation d'un pont où pont levis de l'ancien manoir".                                                   Photo d'un ancien manoir (Motte féodale)

 

                        

                                                                           

Le loutrier de la mare La Noé Joseph.                                                          La mare la Noé Joseph.           

                                                                 

Les Blasons des Châtelains Du Bel.

                                                          
                                                                                                                                                                     
              
                  Blason des De Fontenay                      
                                                                                                   

Blason des Estienne Du Tally Du Bel                                                              Blason des Du Bois Tesselin  Du Bel

 

                                                                      

Le Myre de Vilers

Blasons des vitraux de l'église.

Les De Fontenay

  

Les De Fontenay ont possédé le Belle plusieurs siècles .

        1. Richard      De Fontenay fit aveu en 1373 et le 9 janvier 1382.

        2. Thomas     De Fontenay fit aveu en 1450.

        3. Jean           De Fontenay fit aveu en 1480, 1484, 1486. 

        4. Guillaume  De Fontenay le seul a avoir fait aveu au Roi.

        5. Thomas      De Fontenay fit aveu en 1523.

        6.  Guillebert  De Fontenay fit aveu en 1555.

        7. Gabriel       De Fontenay fit aveu en 1596.

    

ETIENNE < De gueules à un sautoir d'argent accompagné de quatre coquilles d'or>

 

 

Page précédente     Page suivante     Retour au sommaire