9. NOTRE DAME DE LA RAITIERE

                                                   
Notre Dame De La Raitiére.
 
Construite en 1885, elle remplace un édifice du XV éme ou XVI éme siècle
dont on a conservé des culs de lampes marmorisés en granit.
Statues de Saint Joseph et de Saint Mathurin, rustiques, du XVIII éme Siècle (pierre repeinte).
Croix hosannière en granit, de Mauduit La Lande en 1716.
 
Décor sous l'autel.

    

(cette carte postale représente la découverte de la statue en 1585 (sculptée par E Leroux )

qui avait  été cachée pendant les guerres de religions.

La chapelle a été plusieurs fois dévastée   et la statue cachée).

            

                          

        

 
 La Raitiére : l'origine en remonterait à saint Evremond , au 7 éme siècle. située à la croisée de six chemins, dont
l'un devait être celui de  Carrouges à Domfront,

elle occupait un  coin de bruyère de 60 hectares, dépendant du Bel.Au moyen age existait une chapelle dont on a

retrouvé les fondations et même les éléments d'une fenêtre romane conservée.

En 1473, le Roi Louis 11 en passant, aurait donné le vocale de         

" Notre- Dame De Liesse" qu'il aimait.

Vers 1566, la chapelle fut incendiée au cours des guerres de religion. La statue avait été cachée sous la pierre

                                                         d'autel retournée.        

                                                         En 1585, la chapelle fut reconstruite tout en pierre : 8 mètres sur 8 et  trois mètres de hauteur. En 1597,

                                                         on ajouta une sacristie et une flèche de 20 pieds.

                                                         En 1793, à la suite d'une émeute (c'était l'époque de la révolution), le culte cessa et la chapelle fut profanée. 

                                                         Cette fois encore la statue fut cachée.

                                                         Vers l'an 1800, elle fut remise en place De 1807 à 1819, l'abbé Des Genettes, futur curé de Notre-Dame des

                                               victoires à Paris,  y prêcha plusieurs fois

                                               En 1885, l'abbé Macé, curé de Joué Du Bois, construisit la chapelle actuelle. Il fit sculpter au pied de l'autel

                                                       un bas-relief d'Etienne Leroux, d'Écouché,

                                              représentant la découverte de la statue par le petit agneau, en 1585. Le tympan de la porte extérieur porte aussi

                                             une autre oeuvre d'Etienne Leroux, mais endommagée par le temps.

                                                     L'abbé Husson agrandit la chapelle en lui a joutant la sacristie qui servit de chœur et fit  construire un magnifique  clocher.

                                            Le 26 octobre 1902 l'évêque de Sées bénissait cinq cloches à l'église paroissiale  que l'on transporta ensuite à la Raitiére

                                            sur un char triomphal.   Depuis 1914, ont été élevés le nouveau calvaire et la statue de saint Michel.  

                                           Actuellement, il y a à la Raitiére deux pèlerinages chaque année : en mai, à la fête de l'Ascension et le 15 août, à la fête de l'assomption

                                                    de Notre-Dame.   

                                

(D'après un article de l'abbé Dumont, paru aux éditions du pays d'Argentan). 

 

Ancienne Chapelle.

                                                                                                

                    

 

 

 

                                                               

 

                                                                                                                                                                                                                                               

                                                                                                                                                                                                                                                           

Saint-Michel

                                                                                                       
    

Calvaire de la Raitiére   

Donne et place par      

I.Mauduit La Lande

1740 -1746

 

      

 

Calvaire situé derrière la Chapelle  

 

   

     

Calvaire élevé en 1914

Hauteur: 8.m   

Largeur: 1.m 70

 

 

Fontaine de la Raitière dans un champ derrière la chapelle juste après un petit chemin.

 

 

                         

 

 La fontaine guérie des maladies de peau:

  • Vers 1845, Eugénie D..., de Lignères la Doucelle, avait, depuis nombre mois, la figure dévorée par une lèpre qui résistait à toutes les médications. Lasse de souffrir, elle se recommanda à Notre Dame de la Raitière, et  à son intention, des amies organisèrent un   voyage et emportèrent un litre d'eau puisée à la fontaine.

            Quelques jours plus tard, la lèpre avait disparu.

  • Tout récemment, un homme de la même paroisse souffrait d’un ulcère qui lui rongeait la jambe. Il avait, sans aucun résultat, employé divers remèdes. Sur les conseils de ses voisins, il entreprit de se rendre à la Raitière au jour d’une de nos fêtes. Ses prières faites et son pèlerinage terminé, il crut en rentrant, devoir réclamer son pansement accoutumé. Les linges étaient secs et le cours de la jambe n’existait plus !

  • En 1870, une enfant, naguère affligée de convulsions connues sous le nom de catère, était demeurée sujette à des contractions faciales très multipliées qui la défiguraient d’une manière affreuse. Depuis un an, ses parents attendaient une amélioration qui ne venait jamais, et recouraient en vain aux conseils des commères et des médecins

  •  Une jubilaire, annoncée au prône de la messe paroissiale, leur inspire la pensée d’avoir recours à la Vierge de la Raitière. Ils prennent leur fille de trois ans et se hâtent d’arriver avant la foule afin de prier avec un plus grand recueillement. La guérison fut radicale, et l’on n’a revu ni tic grimaçant, ni contraction douloureuse         

( La Raitière abbé Macé 1895)

 

2009

Restauration 1ére tranche

 

                                                                       

 

 

Le 5 mai 2013 fin des travaux de restauration

Messe en présence de Mgr L'Évêque de Sées et Mr L'abbé Lemaître curé de la Raitière ainsi que de nombreuses personnes.

 

 

                                               

                                                   

                                                         

 

                                                          

                                                       

                               

 

                                                       

 

                                           

 

                                                                                                                                                                              

 

                                                                      

 

 

 

Page précédente     Page suivante     Retour au sommaire